Lors d’un symposium organisé dans le cadre du Festival Danse Canada 2000 et intitulé Login : danc/se, le milieu de la danse a participé à une vaste discussion sur l’héritage qu’il laisse et sur l’état des archives de danse au Canada. Les créateurs, les enseignants, les critiques, les historiens, les chercheurs et les administrateurs ont aussi reconnu le besoin pressant de traiter des dossiers de la documentation et de la préservation. Il a donc été décidé de lancer une initiative pour le patrimoine de la danse : la présente stratégie est le fruit des efforts déployés en ce sens.

vision
L’objectif à long terme est...
de garantir que le patrimoine de la danse au Canada sera préservé et de reconnaître que cet héritage est vital si l’on veut assurer la continuité et le renouvellement de la danse.

objectif stratégique
À compter de 2002 et pour les cinq prochaines années, l’objectif stratégique sera...
de jeter des bases qui serviront à la conservation du patrimione de la danse au Canada.

les volets de la stratégie

A. METTRE SUR PIED UN RÉSEAU
Établir un réseau de conservation du patrimoine de la danse à l’échelle nationale...

 

  • En amorçant une discussion entre les praticiens, conservateurs des collections et chercheurs en danse sur les besoins en terme de conservation du patrimoine de la danse
     
  • En identifiant les éléments essentiels à inclure dans la documentation sur la danse, y compris les méthodes de documentation des chorégraphies et des interprétations d’une oeuvre
     
  • En facilitant l’auto-identification d’organismes de danse ayant les moyens de conserver leurs propres archives
     
  • En sensibilisant les organismes et les professionnels qui s’occupent de collections (c.-à-d., les archivistes, les bibliothécaires, les conservateurs et les gestionnaires des collections) à l’importance de sauvegarder l’héritage de la danse
     
  • En s’assurant que le réseau de conservation de la danse soit diversifié et ait une grande portée géographique, afin qu’il reflète la place qu’occupe la danse dans la société canadienne
     
  • En précisant clairement les rôles et les mandats des intervenants dans le secteur du patrimoine de la danse au Canada, et en assurant à la communauté de la danse un droit de parole dans la prise de décisions concernant l’avenir de son propre héritage

 

B. PLANIFIER MAINTENANT POUR LA SAUVEGARDE DES FUTURES CRÉATIONS
Favoriser la documentation des créations en danse au Canada...

 

  • En sensibilisant les praticiens de la danse à la valeur de cet héritage
     
  • En intégrant la documentation et la tenue de dossiers dans le financement des projets de danse, par le biais des critères des initiatives politiques
     
  • En augmentant la capacité de conservation du patrimoine par la communauté de la danse, grâce au développement et au maintien d’outils d’entraide que les praticiens et les organismes pourront utiliser
     
  • En créant des initiatives de développement en danse/médias et des activités interdisciplinaires (cinéma, vidéos, nouvelles technologies) qui constitueront une documentation pertinante

 

C. PRÉSERVER LES CRÉATIONS DU PASSÉ
Trouver une solutions au problème de gestion de la préservation des archives sur la danse au Canada créée avant 1990...

 

  • En identifiant les fonds d’archives clés qui existent encore et qui sont essentiels à l’histoire de la danse au Canada, aux recherches sur la danse et à l’appréciation de cette discipline artistique
     
  • En lançant des projets spéciaux pour trouver des lieux appropriés à la conservation des collections existantes
     
  • En créant un programme spécial comme coup d’envoi du processus de reformatage des documents de danse conservés sur des supports périmés qui risquent d’être endommagés

 

 

La présente stratégie a été formulée par le Comitée de la préservation du patrimoine canadien de la danse, composé de : Lawrence Adams, Miriam Adams, Amy Bowring, Theresa Rowat, Philip Szporer, Vincent Warren, et Leland Windreich.
Avril 2002

 

personnes-ressources :
Theresa Rowat -

Amy Bowring -

 

 

préparé grâce à l’appui du Conseil des Arts du Canada